Sapiens 7#, anti-stress naturel efficace : le lien charnel

Remède contre le stress, le lien charnel ?

En poursuivant ma lecture de Sapiens de Yuval Noah Harari, voici un nouvel élément qui m’interpelle et que je souhaite partager avec vous. Notre ère moderne s’articule autour de l’ère numérique et connectée. La machine omniprésente dans nos vies nous formate. Que faisons-nous de notre humanité ? De notre besoin de lien avec l’autre ?

Sapiens

Remède contre le stress, les réseaux sociaux ?

Extrait p 161 : »A sa naissance, l’écriture était la servante de la conscience humaine; de plus en plus, elle en est la maîtresse. Nos ordinateurs ont du mal à comprendre comment Homo sapiens parle, sent, et rêve. Aussi apprenons-nous à Homo sapiens à parler, sentir et rêver dans le langage des chiffres, que comprend l’ordinateur »

Harari suppose que l’homme devient un peu moins humain depuis que l’utilisation des ordinateurs est entrée dans nos bureau, puis dans nos maisons et même dans nos poches. Nous sommes constamment en lien avec cette machine. Mais qu’en faisons-nous ?

L’essence grégaire de besoin de liens de Sapiens semble se jouer de cette déshumanisation.

Avez vous remarqué le nombre important de réseaux sociaux, de site de rencontre amicaux ou amoureux qui existe sur la toile ?

Le langage des chiffre qui sous tend l’utilisation d’internet permet tout de même aux hommes et aux femmes liés à cette machine de rechercher le lien avec d’autres humains.Les adolescents en sont de friands consommateurs. Ils répondent ainsi à l’importance du groupe, de la bande inhérent à leur age.remède contre le stress

Remède contre le stress, la relation à l’autre ?

Les amoureux ou ceux qui souhaitent le devenir trouvent aussi matière à assouvir leurs désirs de rencontre et de sexe grâce à tous les sites qui existent.

Les grands-parents prennent des nouvelles de leurs enfants ou petits-enfants, comblant l’isolement de notre vie moderne.

Même les politiques usent des réseaux sociaux pour capter les électeurs de moins en moins accessibles.

Ainsi, l’ordinateur nous permet de nous relier au monde : tout est à portée de clic. Mais ce n’est pas suffisant pour l’ Homo Sapiens que nous sommes. Sans l’interaction avec l’autre nous ne pouvons pas réellement nous épanouir.

Que reste-t-il d’une relation où le corps est absent ?

Je pense que nous avons besoin dans l’échange avec l’autre de sentir sa vibration, le son de sa voix qui se déploie dans l’air près de nous, sa présence, son odeur, la chaleur de sa peau. Nous avons besoin de temps, d’être juste avec l’autre, de partager une activité ensemble pour que le lien se crée.
lien charnel

Remède contre le stress, l’éveil des sens ?

La coutume de partager un repas avec une personne pour affirmer le lien, me semble être représentative de cet échange. Lorsque vous mangez en compagnie d’une personne, tous vos sens sont sollicités et ceux de votre partenaire de même.Le regard dans le face à face, le plaisir des yeux du met partagé. L’odeur et le gout des aliments dont on peut comparer l’effet pour soi et pour l’autre.L’ouïe est aussi sollicité, par l’échange des paroles. Le toucher, du pain par exemple, et des corps qui se frôlent autour d’une table.Vous partagez cette expérience intime avec l’autre, elle va rester ancrée dans votre mémoire.Même des années plus tard, le fait d’avoir partagé un repas avec une personne restera un souvenir plus vivant qu’une simple conversation intellectuelle.

Une conversation via internet ne peut pas reproduire la même qualité d’échange, même si, par exemple, l’échange est sur le mode de la sexualité. Une frustration va apparaitre, le besoin d’être avec l’autre, en sa compagnie, sera encore plus pressant.

Avez-vous ressenti ce manque lié à l’absence du corps lors de vos relations via la toile ?

Vous même êtes vous inscrit sur un réseau social ?

Quelle importance revêt-il dans votre vie ?

Recevez gratuitement mes 5 astuces naturelles pour améliorer votre bien-être

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *